Sélectionner une page
 

La poire

Une poire pour la soif, vraiment ?

Les premiers froids arrivent. Les journées se raccourcissent tranquillement. La cuisine se met aux couleurs automnales. Cèpes, marrons et potirons font leur apparition sur les étals du marché.
Invitons-les à notre table pour cette belle saison tout en saveurs.

Pour cette saison d’automne, j’ai décidé de vous parler de la Poire 🍐. 

Juteuse et plantureuse, la poire apporte toute sa sensualité aux préparations culinaires les plus variées.

Rafraîchissante en salade ou glissées dans un dessert, cette séductrice achèvera de vous convaincre poêlée avec une volaille ou un gibier.

Les choisir

Au toucher, les poires doivent être fermes, légèrement souples autour du pédoncule, sans blessure ni trace de coups. 

Veillez lors de vos courses à les mettre sur le haut du panier car elles sont extrêmement sensibles aux chocs.

Les variétés;

La William (août-octobre), juteuse et sucrée.

La beurré Hardy (septembre-décembre), tendre, juteuse, légèrement acidulée.

La conférence (octobre-mars), juteuse, légèrement acidulée, parfumée, de très bonne tenue à la cuisson.

La doyenné du Comice (octobre-janvier), fondante, très juteuse, d’une excellente qualité gustative.

La passe-crassane (septembre-décembre), très fondante, très juteuse. 

Les deux dernières conviennent particulièrement bien aux préparations salées.

La conserver 

La poire est un fruit qui continue à mûrir après la cueillette. Achetées à point, elles se consomment dans les 2 à 3 jours. 

Fermes, vous les dégusterez après quelques jours…

Le saviez-vous ? 

« Cadeau des dieux » selon Homère, la poire, cultivée en Chine depuis 4 000 av. J-C., est arrivée en France au XVIe siècle.

Un cadeau royal. À Reims, les rois de France, lors de leur sacre, recevaient une poire et une coupe de champagne.

Plat réalisé par le Chef Benoît Violier.

Pour la préparer  

Des idées pour la cuisiner & la savourer… 

*L’ASTUCE du Chef : 

Commencez par couper la poire en deux, puis retirez son coeur à l’aide d’une cuillère parisienne avant de la peler.

Pour éviter qu’elle ne s’oxyde une fois pelée, arrosez-la de jus de citron.

Elle s’associe avec …

En salade, avec de la roquette, des endives.

Coupée en lamelles, sur une tartine avec du fromage (roquefort, bleu, chèvre frais)

Poêlée, avec de la volaille (canard), du gibier, du foie de veau ou du poisson grillé.

En compote avec des coings.

Dans les desserts avec du chocolat noir, un délice !

Elle se laisse accompagner des épices comme la cannelle, la cardamome, la réglisse.

 

Plat réalisé par le Chef Benoît Violier.